Crise sanitaire : est-il encore possible de partir en Erasmus ?

Partir à l'étranger

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, la mobilité internationale est devenue plus complexe. Qu'en est-il des séjours Erasmus ? Sont-ils encore possible ? Peut-on encore déposer un dossier ? Cidj.com répond à vos questions.


Que vous soyez étudiants, apprentis, lycéens ou jeunes demandeurs d'emploi, vous envisagez peut-être une mobilité à l'étranger pour des études, un stage ou une expérience professionnelle. Le programme Erasmus + vous le permet. Mais au vue de la situation sanitaire, que devient le programme ?

Peut-on encore postuler pour partir en Erasmus ?

De nombreux pays ont fait le choix du reconfinement pour endiguer la 2e vague d'épidémie de la Covid-19. Dans ces conditions, il est devenu plus compliqué de partir à l'étranger mais pas impossible. Si vous envisagez d'effectuer une mobilité, informez-vous dès maintenant, quelle que soit la situation. En effet, les démarches pour construire son dossier sont longues. Commencer vos démarches dès maintenant, vous permettra peut-être de partir rapidement, dès que la situation le permettra. Si vous souhaitez effectuer un stage, nous vous conseillons de commencer par créer votre profil sur le site Europass. Vous pourrez ainsi réaliser votre CV directement en ligne, l'importer, créer votre lettre de motivation et consulter les offres de stage et d'emploi diffusées par des entreprises.

Partir en Erasmus : des démarches qui prennent du temps

Pour partir en Erasmus vous devez préparer un dossier. Renseignez-vous auprès du service qui s'occupe de la mobilité internationale dans votre établissement de référence (université, lycée, CFA, mission locale, pôle emploi...). Ce dossier est long à monter et les places sont limitées, surtout pour les destinations très demandées. Vous devez vous y prendre au minimum 6 à 12 mois à l’avance.

Vous allez devoir sélectionner l'établissement d'accueil. Votre établissement peut vous proposer une liste. Nous vous conseillons d'en sélectionner 2 ou 3 pour votre dossier de candidature. Vous devrez ensuite réaliser un CV et une lettre de motivation en français et dans la langue du pays d'accueil. Dans votre lettre, expliquez pour quelle raison vous avez choisi cet établissement ou cette entreprise. Surtout faites attention aux dates auxquelles vous devez rendre votre dossier de candidature pour ne pas vous retrouver hors délai.

Je suis à l'étranger que dois-je faire ?

Au moment de l'annonce du reconfinement en France, vous étiez déjà à l'étranger ? Plusieurs solutions peuvent s'offrir à vous. Vous pouvez faire le choix de rester sur place. Certains cours sont proposés de manière virtuelle. Vous pouvez choisir de les suivre tout en restant dans votre pays d'accueil.

Vous pouvez, au contraire, choisir de rentrer en France. Dans ce cas, vous devrez présenter un examen de dépistage réalisé moins de 72h avant votre départ si votre pays d'accueil est en dehors de l'espace européen (les départements d'outre mer ne sont pas concernés). Si vous faites le choix de rentrer en France, sachez que vous pourrez terminer votre expérience Erasmus en repartant dans votre pays d'accueil dès que la situation le permettra.

Je devais partir en Erasmus, qu'est-ce qui va se passer ?

Si votre projet de mobilité devait commencer dans les jours à venir, rapprochez-vous de votre organisme de soutien (université, lycée, CFA, mission locale, pôle emploi...). Votre séjour peut soit être annulé, soit maintenu, soit reporté. Dans le cas où la mobilité est suspendue ou annulée tous les frais que vous avez avancés (vos billets d'avion par exemple) sont remboursés. Dans le cas d'une suspension, vous avez aussi la possibilité de commencer votre projet de mobilité en France en suivant des cours à distance en attendant de pouvoir partir à l'étranger.

Si je ne pars plus ou si je rentre plus tôt, ai-je droit à la bourse Erasmus ?

Si vous n'avez pas pu mener votre mobilité jusqu'à son terme, vous devrez peut-être rembourser une partie de votre bourse Erasmus. Cette situation ne vous concerne que si vous n'avez pas de frais supplémentaires liés à votre retour anticipé et que vous ne suivez pas de cours en distanciel. Sachez que, dans ce cas, vous ne devrez pas rembourser l'intégralité de la bourse perçue mais uniquement le montant correspondant au laps de temps où vous ne serez plus à l'étranger (de la date de fin réelle de votre séjour à la date de fin initialement prévue).

En revanche, si vous continuez à suivre des cours à distance, ou si vous êtes toujours sur place, ou si, malgré votre retour en France, vous subissez encore des dépenses liées à votre départ (comme un loyer dû par exemple), le montant de votre bourse pourrait être maintenue.